Travailler sa voix pour chanter

Transcription de la vidéo

Travailler sa voix pour chanter. Qu’est ce qu’on peut faire pour cela ? Bonjour, c’est Antoine, je suis coach vocal, j’ai accompagné des chanteurs lors de plus de 3000 coachings et si tu

souhaites recevoir tous mes conseils gratuitement, il te suffit de t’abonner en cliquant ici. Avant même de faire tes premiers exercices, j’ai une question à te poser.

Connais-tu ta voix ?

Hein hein, bonne question ! Tu vas voir il y a un truc qui est incroyable, c’est que tu es la seule personne à ne pas connaître ta voix.

Pourquoi ? Parce que lorsque tu parles ou lorsque tu chantes, le son est porté vers l’extérieur, d’accord ?

Tes oreilles, elles, sont implantées pour capter le son qui vient de l’environnement puisqu’on va dire, initialement dans notre évolution, le but est d’entendre les bruits qui arrivent de part et d’autre pour pouvoir faire face à un danger, s’il y avait un animal sauvage qui venait te croquer.

Et donc nos oreilles ne sont pas implantées pour récupérer le son de notre voix. Le son que toi tu entends de ta voix, c’est pour au moins les 2/3 le son que tu ressens par vibration.

C’est-à-dire que les vibrations vont se propager dans tes os et les petits osselets de tes oreilles vont vibrer et vont capter ce son par vibrations. Donc c’est pas la même chose que le son qui se disperse dans l’air, et ça ce sont les autres qui vont l’entendre.

Si par contre tu veux t’amuser à mettre tes mains comme ça derrière tes oreilles, rabattre tes oreilles et mettre tes mains devant ta bouche comme ça. Lorsque tu parles là tu vas voir que le son est déjà différent.

C’est comme s’il était amplifié, tout simplement parce qu’en mettant ma main, le son qui sort de ma bouche va être renvoyé et là je vais le capter vraiment par la partie auditive : par les oreilles et pas par vibrations en interne.

Maintenant, imagine : Comment sais-tu si tu as une bonne tête ou pas une bonne tête ?

Encore une sacrée question, tu vas dire « Antoine tu nous en pose des questions aujourd’hui ! ». Ça va te paraître bizarre mais c’est vraiment important par rapport à ta voix. Si tu te lèves le matin en vivant dans un monde sans miroirs, tu vas te lever le matin, peut-être que t’es décoiffé, mais t’en sais rien tant que tu n’as pas regardé dans le miroir.

Peut-être que t’as un petit nez, peut-être que tu as un grand nez, peut-être que ton menton est comme-ci comme-ça, ton front plus ou moins grand. La couleur de tes yeux par exemple : comment tu peux connaître la couleur de tes yeux si quelqu’un ne te le dis pas ou si toi-même tu ne regardes pas dans un miroir ?

Tu vois ce que je veux dire. Quand on dit « j’aime pas ma voix », il faudrait déjà apprendre à la connaître.

Par exemple si tu dis « Ah ben moi je me trouve pas beau ou pas belle », tu vas te dire ça parce que tu te regardes dans un miroir et tu vois quelque chose qui ne te convient pas. Pour la voix c’est pareil, si tu ne fais pas quelque chose pour connaître ta voix, tu ne vas pas pouvoir l’améliorer ou même savoir ce qui ne va pas tant que tu n’as pas « vu ta voix ».

Alors je vais te montrer parce qu’on peut voir la voix très concrètement. Je vais te montrer comment on peut faire, la voir et l’entendre.

Si cette vidéo t’intéresse, si tu penses qu’elle peut intéresser des amis, tu peux la liker et leur partager.

On va passer tout de suite sur l’outil, l’analyseur de spectres. Alors c’est un outil qui est un petit peu pointu, mais juste pour te montrer qu’on peut voir ta voix.

Alors regardes, sur cette vidéo, je te montre un analyseur de spectres. Donc en fait l’analyseur de spectres affiche les fréquences de ta voix. Donc c’est un outil qui est scientifique, qui va pas forcément servir au quotidien, mais je veux te montrer qu’on peut voir sa voix si on souhaite l’analyser.

Si je chante comme ça, tu vas voir que ça ne va pas générer les mêmes fréquences ici et ici, ni les mêmes couleurs en fonction de la manière dont je chante :

Tu vois qu’en fonction de la voix que je vais utiliser, donc là j’utilise différentes techniques, on n’a pas ici les mêmes traces au niveau de l’analyseur. Ça n’a rien à voir ici par rapport à ça. Tu vois, si je fais un son qui est un petit peu nasal, je vais avoir ici des fréquences différentes que si je chante de manière orale :

Je vais avoir des traces ici différentes. Maintenant, amusons nous par exemple avec les voyelles. Pour une même note, les voyelles n’ont pas la même emprunte sonore. Donc tu vois que c’est vraiment très riche l’analyse de la voix. C’est pour ça que je vais te proposer un exercice après qui sera intéressant pour toi d’appliquer parce que ça va vraiment t’aider. Regardes, je vais tester juste sur des voyelles : AAAAA ÉÉÉÉÉÉ IIIIIIII UUUUUUU OOOOOO AAAAA.

Alors on voit ici très clairement le changement de voyelle. Pourtant je suis toujours sur la même note hein, mais tu vois que j’ai pas modifié ma voix, j’ai juste changé de voyelle. Regardes au dessus :
On voit très clairement que les voyelles ont une incidence, rien que les voyelles, t’imagines ?

Donc là je ne modifie pas, je ne fais pas d’effets de voix, je ne trafique rien, je change juste ma voyelle et la couleur de ma voix va changer parce qu’en fait cette emprunte sonore, cette emprunte spectrale va jouer sur ce qu’on va entendre nous de l’extérieur.

Alors, ces applications d’analyse de spectres, tu peux en télécharger, il en existe pour tablette, pour smartphone, tu tapes « analyseur de spectres » et tu peux installer ça. Bon, c’est rigolo on va dire.

Les scientifiques utilisent ça mais on en a pas besoin pour apprendre à chanter tu vois. Par contre, quelque chose dont on a besoin, c’est de pouvoir s’enregistrer. Et ça tu as sur n’importe quel téléphone une fonction dictaphone et moi ce que je te conseille c’est d’enregistrer ta voix pour avoir un retour dessus.

C’est-à-dire que de la même manière que le matin tu vas te lever, tu vas regarder dans le miroir pour voir la tête que t’as et peut-être un peu te recoiffer pour pas sortir comme ça, moi je te propose de faire ça pour ta voix.

Le matin ou à midi par exemple, tu vas enregistrer ta voix, tu vas chanter un petit truc, et puis tu le laisse. Tu ne réécoute pas tout de suite. Le soir, tu vas écouter cet enregistrement et tu vas noter ce que t’en pense.

Alors au début tu vas dire « Berk j’aime pas cette voix ». Mais essaies de l’écouter comme si c’était une oreille extérieure, comme si c’était quelqu’un d’autre. Puis tu vas noter, tu vas dire « Ouais il chante juste, c’est pas mal ».

Hop, tu notes. « Bon, le son par contre je sais pas, je trouve que la voix tremble un peu. » Tac, tu peux noter. Ou alors « Ouais je trouve qu’il articule bien ! », c’est un peu schizophrène, tu parles à la 3ème personne. Tu dis « Ouais je trouve qu’il articule pas mal, sympa ! Par contre le son peut-être qu’il pourrait être un peu plus riche (…) » essaies de trouver comme ça des adjectifs qui te conviennent qui te parlent, et tu notes ça.

Et puis le lendemain tu recommences, tu rechantes ton petit bout de chanson dans la matinée par exemple et puis le soir ou l’après-midi, un autre moment si tu veux, tu vas réécouter ce petit fichier son.

Alors écoutes-le avec un casque comme ça t’auras vraiment bien le son dans tes oreilles. Et tu renotes, tu recommences. Et tu fais ça pendant une semaine, d’accord ? N’hésite pas à mettre en commentaires, si tu fais l’exercice, ce que tu découvres, ce que tu ressens en faisant ça.

On pourra échanger, ce sera sympa si tout le monde met des commentaires là-dessus, on pourra échanger sur le sujet.

Donc, tu testes ça pendant une semaine et tu regardes. Tu relis ensuite tes notes, et là tu vas t’apercevoir que tu vas peut-être pas te dire la même chose, parce que tu seras peut-être pas dans la même humeur par exemple, et si tu te prends un peu au jeu d’écouter ce son-là comme si c’était quelqu’un d’autre, peut-être que tu ne vas pas être aussi critique que tu pourrais l’être quand tu dis « Berk, j’aime pas ma voix » quand tu dis ça comme ça, un jugement, une sentence, alors que finalement ça s’appuie pas sur grand chose.

On sait pas si c’est sur le volume, on sait pas si c’est sur la justesse, on sait pas si c’est sur la couleur de la voix.

Mais toi comme tu vas le noter comme ça, tu vas pouvoir t’apercevoir du dénominateur commun qui finalement te plait dans ta voix et du dénominateur commun qui te plait moins, et que du coup tu devras travailler.

Et en travaillant ce point-là, tu vas gagner beaucoup plus de temps plutôt que de partir du principe que tu n’aimes pas ta voix et basta. Tu vois ? Ça va te permettre de travailler là où ça ne te plaît pas, là où ça te déplaît. Et en travaillant ça tu vas améliorer, et si tu refais ce petit exercice pendant une semaine, un ou deux mois plus tard, tu vas déjà noter des choses différentes et c’est ça qui est très rigolo.

Alors, je t’incite vraiment à tester cette petite astuce pendant une semaine, à te prendre au jeu. Dis moi ce que ça donne dans les commentaires. Si tu veux qu’on aille plus loin ensemble, je peux t’accompagner pendant un mois en vidéo.

Pour ça il te suffit juste de laisser ton adresse mail en cliquant dans la description et je t’enverrai les vidéos de cours pendant 30 jours. Je te dis à très bientôt et surtout, prends bien soin de ta voix !

admin
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: