Comment démarrer ensemble en chantant ?

Transcription de la vidéo

Salut, c’est Antoine ! Bienvenue dans cette nouvelle émission de la chaîne « Bien Chanter ». On est dans le podcast du mardi. Pour vous expliquer un petit peu : le dimanche sur la chaîne youtube, toutes les semaines il y a une vidéo avec des exercices pour vous aider à bien chanter. Et puis le mardi et le jeudi, je publie un podcast que tu peux voir en vidéo parce que je le filme en ce moment, mais la vocation c’est un podcast qui est diffusé soit sur soundcloud si t’es sur Android.

Tu tapes « Bien Chanter » ou « Antoine Rudi Bien Chanter » ou soit si tu as un iphone, dans l’application podcast tu cherches tout simplement « Bien Chanter » et tu vas tomber sur ce podcast.

Alors l’intérêt du podcast, c’est que ce sont des fichiers qui se téléchargent automatiquement dans ton téléphone et que tu peux écouter hors connexion.

Y’a pas besoin d’être connecté c’est-à-dire que dans les transports en commun par exemple, tu peux m’écouter, hop tu m’as dans les oreilles avec ton casque le mardi et le jeudi comme ça t’as des conseils et du contenu sur la voix et les meilleures manières de chanter.

Donc aujourd’hui le sujet c’est : Comment démarrer ensemble sur le bon rythme ? Alors ça souvent, dans les groupes, ça arrive. C’est-à-dire que le chanteur est à la ramasse, en tout cas c’est ce que disent les musiciens. C’est-à-dire que le chanteur n’est pas en rythme et ne démarre pas au bon moment.

Et ça arrive aussi en chorale, dans les chœurs. Et alors ça c’est embêtant parce que du coup au moment où ça devrait démarrer, au lieu d’avoir un groupe comme s’il y avait qu’un seul chanteur (c’est ce qu’on voudrait dans un chœur, on ne veut pas entendre les individualités).

Et ça va démarrer dans tous les sens, ça va faire une sorte d’écho, ça va démarrer en trois/quatre fois. Et ça c’est pas très esthétique. Donc on a besoin de pouvoir démarrer ensemble.

Alors  le truc c’est que le rythme c’est pas forcément quelque chose qui est beaucoup travaillé, notamment dans les chœurs où tout le monde n’a pas forcément le même bagage musical. Il y a des personnes qui ont fait le conservatoire ou qui ont fait des études de musique, il y a des personnes qui sont complètement débutants et qui viennent pour le plaisir, de chanter.

Et du coup on n’est pas tous à égalité. Et donc le travail du rythme c’est des fois un petit peu mis de côté parce qu’il y a des gens qui se disent « Ben moi j’ai le sens du rythme » « Ben moi j’ai pas le sens du rythme » mais ce n’est pas ça !

Il faut simplement travailler la chose et je vais vous expliquer là aujourd’hui comment vous pouvez faire quand vous êtes en groupe.

La première chose, c’est qu’il faut déjà arriver à déterminer pour chacun où on doit démarrer.

Alors ça paraît tout bête mais je rencontre le cas souvent quand je travaille avec des groupes, c’est que chacun a son interprétation du moment où il faudrait démarrer, le bon moment. Il y a un bon moment pour démarrer s’il y a une partition ou si la musique est faite de telle manière, on va démarrer par exemple sur le temps, sur le troisième temps, sur le quatrième temps, ou on va démarrer avant le premier temps, peut-être en levé du quatrième, bon, je veux pas vous pomer mais il faut identifier l’endroit exact.

Donc, soit vous comptez : 1, 2, 3, 4. Et dans la vidéo justement que j’ai publiée dimanche il y a deux jours sur youtube vous allez voir une petite technique qui est inspirée d’une technique Brésilienne pour vous aider à vous caler. Vraiment, faites-le parce que c’est magique, donc c’est basé sur la marche, sur une marche à quatre temps : ce qui est utilisé la plupart du temps dans la musique, des mesures à quatre temps.

Donc une fois que vous avez identifié où vous devez démarrer, admettons basiquement que ce soit sur le premier temps. Vous avez deux mesures d’intro : 1, 2, 3, 4, 1, 2, 3, 4. Ensuite, sur le 1 il va falloir démarrer.

Une fois que tout le monde a identifié sur le papier l’endroit où on est sensé démarrer, on va maintenant tester votre capacité à arriver à produire un geste (parce que chanter c’est une coordination musculaire de pleins de muscles pour arriver à dégager du son) et nous ce qu’on va faire c’est qu’on va utiliser un geste simple c’est-à-dire juste frapper dans les mains.

L’idée ça va être : est-ce que t’arrives déjà à juste frapper dans les mains au moment où on devrait entendre la note ? Donc c’est un geste simple, frapper dans les mains. Ça demande un peu d’anticipation parce que tu vas devoir ouvrir tes mains et ensuite frapper tes mains. Mais on veut que le claquement des mains arrive pile poil sur le 1 si c’est sur le 1 que ça doit démarrer.

Donc on va tester ça déjà tout seul : est-ce que tout seul (= sans compter sur le voisin) tu arrives à le faire ? Parce que si tu comptes sur le voisin, le moment où t’entends le CLAP des mains du voisin, ben ça veut dire que c’est trop tard, l’évènement est déjà passé. Donc même si tu le fais, même si t’es hyper rapide, ça sera déjà trop tard ! Tu seras passé à côté.

Donc déjà, teste-le tout seul. Alors bon si on est en groupe on fait chacun son tour comme ça on teste. Donc hop il y a l’intro et Clac, tu claques dans les mains pile poil au moment où tu dois chanter. Et si tu arrives à faire déjà ça avec un geste simple : frapper dans les mains, c’est plus simple que de produire une note, parce qu’il n’y a pas de texte, il y a beaucoup de muscles en jeu. Du coup si tu arrives à faire ça, c’est déjà une première étape.

Ensuite, on va retester ça en groupe : est-ce que le fait d’être en groupe ça va pas te perturber ?

Parce qu’il y aura peut-être justement ton voisin qui va taper un peu trop tôt, du coup toi ça va te mettre un peu dedans comme on dit et du coup il faut retester ça en groupe pour voir si on arrive à avoir un seul CLAP net et franc donc toujours sur la base d’un geste simple, mais un seul clap net et franc et que ça fasse pas « Clac Clac Clac Clac » parce que tout le monde tape un petit peu avant, un petit peu après, comme ça en décalé.

Donc ça déjà on le fait tout seul, on le fait ensuite ensemble pour voir si on arrive à faire ce geste simple et faire le clap de mains pile poil. Déjà quand on arrive là on est déjà bien contents parce que c’est propre, avant il n’y a rien et tout d’un coup CLAC comme s’il n’y avait qu’une seule personne et on a tout le groupe qui frappe dans les mains à ce moment-là.

Ensuite, puisque tu chantes, il faut déjà vérifier que t’arrives à faire la note ou le mot que tu veux dire. Donc ça faut le tester déjà en démarrage libre, sans intro, sans rien, est-ce que t’es capable déjà de chanter le premier mot à la bonne note avec le bon phrasé ? Donc ça on le teste librement sans imposer le rythme. Et puis ensuite on va le refaire en rajoutant le frappé de main. Et là pareil on va le refaire individuellement, on va refaire un petit tour.

C’est-à-dire qu’on fait l’intro : 1, 2, 3, 4, 1, 2, 3, 4. Et au moment où il y a le 1, là où tu frappais des mains tout à l’heure, ben maintenant tu vas frapper des mains et en même temps tu vas y associer ta voix. D’accord ? Donc on va encrer comme ça ce geste avec le clap de mains. Et tu associes ta voix pour voir vraiment.

Alors là il n’y aura pas d’esthétique c’est-à-dire que tu vas y aller franco. On ne va pas dire « attention je démarre doucement » ou quoi, pour l’instant c’est quelque chose de brut, on veut juste nous arriver à démarrer franco.

Donc, une fois que tu arrives à faire cela, on va le tester ensemble. C’est-à-dire qu’on va demander à tout le groupe au moment de chanter de frapper dans les mains comme on l’a fait jusqu’à présent et de chanter le démarrage. Et après ça ne sert à rien de chanter derrière 15 plombes, nous on veut juste le démarrage là, c’est ça qui est important, pour que ce soit bien net.

Et puis une fois qu’on a fait ça on va enlever le frappé des mains, donc on pourra continuer à compter à voix haute si on veut au début, pendant l’intro « 1, 2, 3, 4, 1, 2, 3, 4 » et hop ! On chante sans les mains cette fois-ci, de manière assez franche on démarre la note pour voir si on arrive tous à démarrer en même temps.

Et puis après on comptera dans sa tête, on ne comptera plus à voix haute, et on fera ça en groupe. Je te dis ça parce que je le teste avec des groupes et ça fonctionne bien, après t’as peut-être d’autres méthodes , il n’y a pas de soucis, mais c’est une méthode que je te propose, et paraît un peu scolaire de décomposer le truc mais je t’assure que si tu n’arrives déjà pas à frapper dans tes mains au moment où tu es sensé démarrer, comment veux-tu en plus le faire avec une note qui soit juste, qui soit jolie, qui soit avec le bon texte, et tes lèvres vont faire ci et ta langue va faire ça, il y a tellement de muscles, il n’y aura pas d’à-coups dans le son.

Il y a tellement de muscles qui sont en jeu, qu’on doit coordonner pour chanter, qu’il faut déjà le tester sur des gestes simples. Ce sont des gros muscles qu’on utilise pour frapper dans les mains et c’est déjà bien de le tester comme ça.

Et alors ce qui est vraiment magique dans le truc, quand tu déroules le processus si tu en as le courage, c’est que si t’es 2, 3, ou même tout un groupe, le premier frappé de mains s’il est déjà bien net tous ensemble ça fait déjà bien plaisir, parce qu’avant il n’y a rien, c’est l’intro, et tout d’un coup CLAC, comme si tout le monde s’était donné rendez-vous à ce moment-là, et c’est un beau clap bien net bien franc, ça ça fait plaisir.

Mais ce qui fait encore plus plaisir c’est quand tu arrives à chanter comme ça, on fait l’intro, on est dans le silence, on ne chante pas, et tout d’un coup tout le monde démarre au même moment et si vous êtes 100 choristes c’est encore plus magique, là tout le monde démarre au même moment.

J’avais un chef d’orchestre (dans une vie antérieure je jouais en orchestre) qui aimait nous rappeler que la musique naît du silence.

Et c’est vrai qu’en fait la musique n’a de valeur que si avant il n’y en avait pas, tu vois ? Si on était dans le silence. Et si avant il y a un beau silence des chanteurs, des choristes (alors il peut y avoir de la musique hein, l’introduction instrumentale), mais tout d’un coup, le moment où ça démarre, où tout démarre, c’est magique.

C’est un moment presque rien que d’en parler ça me file des frissons. C’est vraiment magique et si tu peux ressentir ça, ma journée est gagnée aujourd’hui, et si ça t’aide à démarrer en rythme et que les musiciens ne te disent plus « Ouah le chanteur il est à la ramasse ! » « La chanteuse elle est à la ramasse ! », et ben nan parce que toi tu vas appliquer ta petite routine et la bosser.

Si t’es en groupe et que le batteur est conciliant, prends toi un petit moment avec le batteur pour bosser ça, lui va te jouer l’intro, il va te frapper le rythme, les deux mesures par exemple du rythme d’intro, et si vous êtes dans une chorale gospel par exemple, demandez au batteur de vous le faire lentement, pour bien que vous compreniez ce qu’il se passe.

Et puis s’il ne veut pas ma foi, voyez vous-même, vous pouvez le faire avec un métronome, qui va vous donner le nombre de clic, la pulsation, et le nombre de temps à compter avant de démarrer.

Mais vraiment, je t’incite à le faire, j’espère que ça t’a aidé. Si ces podcasts t’aident, je ne sais pas si je vais continuer, sur youtube je sais que les gens regardent les vidéos, sur les podcasts je sais pas si les gens écoutent, donc n’hésite pas à me mettre un petit commentaire si t’écoutes ça en podcast, tu peux mettre une petite évaluation aussi sur iTunes, c’est sympa. Et puis moi je te dis à très bientôt.

PS : dimanche dernier j’ai fait une petite conférence sur le web, c’était bien sympa, on était une quinzaine, ça a duré plus de deux heures et j’ai répondu en direct à toutes les questions des gens. J’ai présenté aussi mon club de chanteurs, donc si ça t’intéresse tu peux cliquer en dessous dans la description, tu verras ça. En attendant moi je te dis à très bientôt, je te dis même à jeudi, pour une nouvelle émission. Prends bien soin de ta voix, tchao !

admin
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: