Chanter sous IRM

Transcription de la vidéo

Salut c’est Antoine ! Quels sont les éléments que la technologie nous a apporté depuis quelques années pour apprendre à bien chanter, plus facilement ? Juste avant, clique en dessous pour recevoir ta formation offerte : apprendre à chanter en 30 jours, et faire comme des centaines de chanteurs qui ont déjà commencé cette formation. Tu vois ici leurs commentaires, ils sont plutôt satisfaits !
Alors, chanter est vieux comme le monde. On peut dire ça, on a des traces, on a pas des enregistrements évidemment, mais on sait qu’il y a déjà plusieurs centaines d’années, les gens chantaient : au coin du feu pour passer une soirée, lors de rites initiatiques, et l’utilisation de la voix se fait quasiment depuis que l’homme est apparu.

À l’époque, on faisait les choses de manière empirique, c’est-à-dire que certaines trouvaient des solutions pour mieux chanter que d’autres, certains avaient trouvé de petites astuces et c’était un peu leur secret qu’ils ne partageaient pas forcément.

Par la suite, les professeurs de chant sont apparus, eux ont appris ces techniques de quelqu’un qui les avait apprises de quelqu’un qui les avait apprises de quelqu’un, et finalement c’était quelqu’un au départ qui avait trouvé de petites astuces en disant « Tiens, si je fais ça, ça va améliorer ma voix et ce sera plus facile pour chanter ».

Mais depuis quelques années, la science nous a apporté de nombreux outils pour savoir ce qu’il se passait à l’intérieur du chanteur lorsqu’il chantait, et voir un peu tout ce qu’il pouvait mettre en oeuvre pour chanter plus facilement. Je te propose de voir ça tout de suite.

Juste avant, si tu penses que cette vidéo peut intéresser tes amis, n’hésite pas à leur partager et tu peux aussi la liker pour m’encourager à en faire d’autres.

Alors on va regarder cette vidéo de Tailey. Regardez, c’est magnifique. Tailey est vocologiste c’est-à-dire que c’est un spécialiste de la science vocale. Il nous montre ici ce qu’on appelle le conduit vocal. Donc en fait, vos cordes vocales sont là en bas, la vibration est générée ici. Et ensuite entre ici et la sortie c’est là que tout va se passer.

Grâce à l’imagerie médicale on peut maintenant comprendre ce qu’il se passe.

C’est-à-dire que le son va passer ici, là vous voyez il y a un petit rétrécissement, ici il y a la langue, ici il y a le palais, hop l’air va passer ici. Ce qu’on nous montre avec les flèches ce sont les lèvres. Vous comprenez bien que les lèvres, si vous les avancez, elles vont rallonger un peu le conduit vocal et vous avez encore la possibilité de modifier un petit peu le son avant qu’il sorte. Si au contraire vous souriez par exemple, vous allez reculer les lèvres en arrière, vous allez rétrécir, et là vous allez raccourcir le conduit vocal, il y aura moins de longueur avant la sortie.

Alors ensuite vous avez la langue, vous voyez que la langue c’est une masse énorme, parce qu’on ne s’en rend pas forcément compte, vous avez ici le pied de la langue.

Donc si vous mettez votre pouce ici sous le menton, vous pourrez sortir des fois que ça se durcit : c’est à ce moment-là qu’il y a des tensions dans la langue. Donc là il y a des exercices aussi pour délier ça. Et vous voyez que la langue ici va être mise en jeu d’une part pour articuler puisque vous savez que vous vous servez de votre langue pour articuler. Mais en même temps elle va être utilisée pour modifier le son.

Alors ici on a le palais mou. Ça c’est notamment ce qui bouge lorsque vous ronflez. Ça fait « brrr » un espèce de son comme ça, c’est ça qui bouge en fait, et ça va servir d’aiguillage entre la cavité bucale, qui est ici, la bouche, et la cavité nasale qui est ici en noir, c’est petit. Donc ça c’est une sorte d’aiguillage c’est-à-dire que quand votre son va sortir par le nez, ce petit palais là descend et le son va passer par le nez.

À l’inverse, quand il vient se coller, qu’il réduit, vous voyez là il y a très peu de son qui peut passer par le nez, le son va passer par la bouche. Voilà, le VELUM : palais mou (soft palate). Et là vous venez de voir ici qu’il a bougé. Je remets :

Là hop il descend, il monte, il descend. Vous voyez là c’est la nasalité, oralité. Donc ça c’est aussi quelque chose qu’on peut travailler, c’est très important pour le son. Alors ici on est au larynx, c’est votre pomme d’adam, vos cordes vocales.

Donc si vous mettez votre main sur votre cou, vous allez sentir la pomme d’adam, cartilage thyroïde, une zone rigide qui protège vos cordes vocales et donc c’est ici que le son est généré, c’est ici que tout démarre.

Donc là il va chanter, alors je mets pas le son, pour que vous vous concentriez, on pourra le faire une prochaine fois, mais concentrez-vous, regardez le mouvement c’est magnifique. Regardez tout ce qui bouge.

Donc vous voyez que chanter c’est compliqué parce que la langue prend plein de formes, vous voyez qu’il articule, mais en même temps elle se place pour modifier le son. Regardez ses lèvres qui se modifient énormément.

Là il va chanter en style opéra, ça a une autre forme, et là vous voyez vraiment qu’en fonction des styles, là vous voyez qu’il ouvre beaucoup la bouche par exemple. Ici en rock la place va être beaucoup plus petite dans la bouche, vous voyez la langue est beaucoup plus haute, il y a beaucoup moins de place dans la bouche, et c’est ce qui va compresser le son entre guillemets.

Voilà, merci merci merci, on voit bien ici, mais ça on en reparlera une prochaine fois, c’est un peu compliqué encore pour l’instant, mais ce qui est important c’est de bien voir qu’on peut se servir maintenant, grâce à l’imagerie médicale, on en sait beaucoup plus sur ce qu’il se passe à l’intérieur et donc on peut apprendre tout ça.

Et moi c’est ce que je vous propose de faire avec ces nouvelles techniques. Voilà, j’espère que cette vidéo t’a plu, si tu souhaites apprendre encore plein d’autres choses sur la voix et apprendre à chanter, je t’invite à t’abonner à cette chaîne pour recevoir régulièrement plein de nouveaux conseils. À très bientôt, prends bien soin de ta voix !

admin
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: