Chanter avec le DIAPHRAGME

Transcription de la vidéo

Salut, c’est Antoine ! Chanter avec le diaphragme. On va parler de ce sujet tout de suite, mais juste avant n’oublie pas de cliquer juste en-dessous : tu as une formation offerte, 30 jours de cours pour apprendre à bien chanter. Tu rejoindras ainsi des centaines de chanteuses et chanteurs qui se sont inscrits à cette formation et qui en sont plutôt très satisfaits. Alors, le diaphragme, j’ai parlé de ce sujet déjà dans un précédent podcast. Le truc c’est qu’en fait

le diaphragme, je dois te l’avouer : ne te sers absolument pas à chanter. BOUM, musique dramatique, effets spéciaux. Je suis désolé de te dire ça mais le diaphragme ne te sers absolument pas à chanter, et je vais t’expliquer en détails pourquoi. Pourquoi ça ne sert à rien d’essayer de sentir ton diaphragme pour chanter. Il ne faut absolument pas se concentrer là-dessus.

Alors, la première chose déjà : Il est où ce diaphragme ? On va le voir en images juste après, mais si tu places ici tes mains juste sous le sternum, ici dans la partie molle, tu vas sentir la ligne des côtes, d’accord ?

Et si tu suis cette ligne des côtes jusque derrière, en fait ton diaphragme est fixé ici sur tout ce pourtour. Il te coupe comme ça le tronc en deux.

Le diaphragme c’est un muscle qui sert à inspirer. C’est un muscle inspirateur. Les sens de contraction de ses fibres sont de telle manière que lorsqu’il travaille, lorsqu’il se contracte, il inspire.

Et jusqu’à preuve du contraire, lorsque tu inspires, tu ne chantes pas.

C’est pour ça que je te dis qu’il ne t’aide pas pour chanter. Une fois qu’il a terminé d’inspirer, comme tout muscle qui a travaillé, il va vouloir revenir à une position de repos, tout simplement pour se reposer. Parce que si par exemple toi tu faisais des pompes, tu ne pourrais pas rester éternellement comme ça, à un moment tu vas devoir reposer tes muscles.

Et bien le diaphragme c’est pareil, après chaque inspiration, il n’a qu’une seule envie, c’est de revenir à sa position d’origine pour se reposer. À ce moment-là, l’air sort de tes poumons. C’est à ce moment-là également que tu chantes. Donc le diaphragme est complètement inactif au moment où tu chantes.

C’est pour ça que je te dis encore qu’effectivement, il te ne sert à rien.

Alors, il y a assez peu d’innervations du diaphragme donc théoriquement on pourrait sentir quelque chose mais franchement ça ne sert à rien puisqu’au moment où tu chantes, il ne travaille plus du tout, il revient à sa position de repos.

Même, le diaphragme va être un petit peu ton ennemi, parce que son but c’est de revenir à sa position de repos et donc chasser l’air finalement le plus vite possible, pour pouvoir récupérer de l’air chargé d’oxygène.

Mais toi, lorsque tu veux chanter, tu ne veux absolument pas qu’au bout de 2 secondes tu n’aies plus de son. Non ! Donc tu vas devoir te battre contre ton diaphragme. Tu vas devoir le contrarier un petit peu avec d’autres muscles et finalement ce diaphragme dont on pouvait penser qu’il nous aidait à chanter, il nous aide pas. Et en plus, c’est même l’inverse, il va plutôt nous pénaliser. Donc on va essayer de se battre un petit peu contre lui.

Alors je vais te montrer tout de suite en images comment ça fonctionne exactement et qu’est-ce qu’on peut mettre en place pour tourner ça à notre avantage pour pouvoir chanter plus facilement.

Juste avant, n’oublie pas de partager cette vidéo à tes amis si tu penses que ça peut les aider pour mieux chanter ou pour comprendre des choses, fais-le, et surtout, mets un petit pouce si tu souhaites m’encourager à publier d’autres vidéos.

Passons tout de suite derrière l’écran pour voir comment fonctionne ce sacré diaphragme. Alors, on va utiliser cette animation 3D réalisée par l’université de Lyon 1.

Donc, le diaphragme est fixé le long des côtes, c’est ce que je vous expliquais. On a ici la colonne vertébrale jusqu’à l’arrière. Ça fait comme ça une sorte de 2 coupoles qui séparent votre tronc du reste des organes.

On voit les points de fixation jusqu’aux épines de la colonne vertébrale. Voilà, là on est vue du dessus, et on voit bien les coupoles. Vous avez ici une coupole un petit peu plus basse parce que vous avez le coeur qui repose dessus notamment.

Alors, inspiration. Inspiration c’est qu’on fait rentrer de l’air. Expiration on veut faire sortir de l’air.

Donc à l’inspiration, c’est ce que je vous disais, le diaphragme va descendre. Il se contracte en fait. Et expiration, il va remonter. Donc à l’inspiration il se détend, on relâche bien le ventre, et on observe bien ce mouvement : inspiration il descend, expiration le diaphragme remonte.

Comme tu as pu le voir, ce n’est absolument pas essentiel du tout de se préoccuper de son diaphragme pour chanter.

On va s’appliquer par contre une petite règle, c’est qu’il faut que ton diaphragme ait de la place pour descendre comme nous venons de le voir dans la vidéo. Et pour faire ça, on va tout simplement relâcher le ventre au moment où on inspire.

Ça laissera la place aux organes, aux intestins, de se tasser en bas, et ça laissera de la place à ton diaphragme pour laisser rentrer l’air dans les poumons.

On va aujourd’hui se concentrer sur les épaules. Parce que si par exemple tu ne laisses pas ton diaphragme travailler pour rentrer l’air, tu peux avoir envie d’augmenter le volume de tes poumons en faisant ça : En montant les épaules.

Et pareil quand tu vas chanter, ressortir le son : Tu vas aussi avoir envie de t’appuyer comme ça sur les épaules. Mais ça ce que ça va faire, c’est que ton diaphragme est ici, tes épaules au-dessus. Donc ce sont les 2 cavités qui délimitent ta réserve d’air.

Donc faire ceci au moment de la respiration, va plutôt te prendre de l’énergie parce que tu vas te mettre à contracter tout un tas de muscles. Alors qu’il vaut mieux à ce moment-là relâcher ton ventre et laisser faire le diaphragme puisque là c’est à lui de travailler pour laisser rentrer l’air pendant l’inspiration.

Et pendant l’expiration, on ne va pas, alors que ton diaphragme il a déjà envie lui de chasser l’air, on va pas lui faciliter le travail en faisant ça, puisqu’en faisant ça on va réduire notre ballon de baudruche, et l’air va sortir beaucoup plus vite.

Donc ce que je te propose, comme un démarrage pour travailler là-dessus, c’est vraiment de garder les épaules le plus relax possible, que ce soit à l’inspiration ou à l’expiration.

Je vais vraiment essayer de garder cette ligne d’épaules là. C’est-à-dire que le geste qu’on ne souhaite pas trop si tu veux c’est :

Tu vois, parce que tu vas respirer et après « AAHH » tu vas t’appuyer comme ça. Ça risque en plus de mettre un à-coup sur le démarrage de ton son.

Donc nous on va essayer de faire : AAAAAA.

Et je garde vraiment cette ligne d’épaules , elle ne bouge pas, elle n’est pas engagée dans ce mouvement de respiration et de chant.

Voilà ce que je voulais te dire aujourd’hui. C’est vraiment important que tu te sortes cette idée de la tête et que tu cherches. Je sais qu’il y a parfois des gens qui m’écrivent en disant « Mais mon diaphragme il est bloqué, je sais pas où il est, qu’est-ce qu’il se passe, j’y arrive pas » :

On s’en fout on s’en fout on s’en fout ! Il faut surtout mettre le reste en place.

J’espère que cette vidéo t’aura intéressé, si tu ne veux en rater aucunes et bien n’oublie pas de t’abonner à la chaîne youtube en cliquant juste ici, et moi je te dis à la semaine prochaine pour une nouvelle vidéo, à bientôt, tchao !

admin
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: