Le CHANT en CHORALE

 

Astuces pour bien chanter en chorale. On va voir cela tout de suite. Tu vas voir que c’est important. C’est de la technique vocale. Il faut absolument que tu maîtrises cela pour bien répondre aux demandes de ton chef de chœur et

chanter comme un pro dans ta chorale.

Juste avant de démarrer, je t’invite à t’abonner à cette chaîne YouTube. Pourquoi ? Parce que trois fois par semaine, je publie de nouvelles vidéos avec des conseils et des astuces pour t’aider à bien chanter.

N’oublie pas de cliquer juste ici et d’appuyer sur la petite cloche pour activer les notifications. Tu recevras, auquel cas, des notifications à chaque fois qu’une nouvelle vidéo sort comme plus de 15000 personnes qui suivent aujourd’hui cette chaîne YouTube.

Alors, on commence tout de suite. Clarifions déjà les choses.

 

Ton chef de chœur, j’en ai déjà parlé dans une précédente vidéo, ton chef de chœur est là pour te faire travailler le chant en groupe et il n’a pas vocation à t’enseigner de la technique vocale.

 

S’il le fait à travers des échauffements, très bien. C’est une excellente chose. Mais ce n’est pas le but du chef de chœur. Le chef de chœur, son but, c’est de faire chanter les gens ensemble et que cela sonne joliment.

 

Ne reproche pas à ton chef de chœur de ne pas te faire faire de la technique vocale. À ce moment-là, il vaut mieux que tu t’adresses à un coach vocal. Maintenant, c’est vrai que s’il t’en propose, prends-la.

Au contraire, ne la refuse pas en disant : « oui moi, je ne suis pas là pour apprendre à chanter, je suis juste là pour me faire plaisir en chantant en chorale. » Si ton chef de chœur te propose de la technique, profites-en pour prendre ce bagage et augmenter tes compétences.

 

Alors, cette petite parenthèse étant faite, je vais t’expliquer comment faire pour bien chanter, chanter proprement dans ta chorale.

 

La qualité d’une chorale, elle se mesure finalement à la somme des qualités de tous les choristes, forcément.

C’est-à-dire que si on a 100 choristes débutants, 100 choristes amateurs, ce n’est pas le fait de chanter en groupe qui va bonifier la chose.

 

Alors peut-être que cela va masquer la voix d’untel et untel parce que le groupe va couvrir sa voix ; mais la qualité d’une chorale, c’est vraiment la somme des qualités de chaque chanteuse et chaque chanteur. Les défauts d’une chorale, c’est aussi la somme des petits défauts de chaque choriste qui fait partie de la chorale.

Voilà pourquoi, c’est important de progresser vocalement. Alors, je vais te donner donc ces techniques-là. Juste avant, si tu as des amis choristes qui sont à la chorale avec toi, tu peux tout à fait leur partager cette vidéo. Je pense que cela les aidera et en plus, tu ne seras pas toute seule ou tout seul à connaître ces techniques dans ton groupe.

Je voulais te parler du démarrage du son : démarrage et fin de son.

Le démarrage du son, c’est très important parce que c’est le moment où la note naît, c’est le moment où la musique commence.

 

Moi, j’avais un professeur qui me disait toujours : « La musique naît du silence. »

 

C’est-à-dire qu’on a un silence ou on n’a pas un bruit ; et tout d’un coup la musique surgit, on a la note qui apparaît.

C’est un moment qui est très important dans les chœurs puisqu’on va vraiment juger la qualité du chœur à la manière de démarrer les notes. C’est-à-dire que si personne ne démarre au même moment, on sait qu’on a affaire à une chorale débutante.

 

Mais maintenant, je voudrais te parler de la qualité du son. Il y a différentes manières de démarrer le son, quand on chante sur une voyelle.

Il y a une manière qu’on utilisera vraiment très rarement à ma connaissance, voire probablement jamais, c’est la manière soufflée.

 

― La manière soufflée, c’est quoi ? C’est le fait de laisser sortir de l’air avant le son.

Cela va donner une sorte de soupir …♪♪♪… Ce n’est absolument pas quelque chose qu’on va utiliser en chœur ou alors peut-être pour faire un effet très particulier.

Mais au niveau d’un groupe, c’est assez compliqué et difficile de gérer le démarrage du son quand on sort de l’air avant. C’est-à-dire que …♪♪♪… Tu vois, le son a démarré très tardivement, ou il peut démarrer plus tôt …♪♪♪… Il y aurait une mauvaise manière de le faire, une manière brutale qui serait …♪♪♪… avec le son qui démarre comme cela de manière un peu forcée.

Cette manière de démarrer, on va vraiment essayer de s’en écarter parce que ce sera très compliqué pour l’ensemble des choristes de démarrer au même moment et c’est quelque chose qui est très intéressant à faire dans un micro. Mais pour un chœur, ce n’est absolument pas intéressant, à mon sens, de démarrer avec un son soufflé. Ce sera plutôt brouillon au niveau du démarrage.

 

Maintenant, on a deux autres manières de démarrer le son.

 

On a une manière où l’air et le son vont sortir de manière simultanée.

Cela va donner comme un son qui surgirait de nulle part. On ne sent pas le son démarrer directement. On ne sait pas trop d’où démarre le son. Cela permet de faire un très beau crescendo avec un son qui …♪♪♪… comme cela qui s’amplifie et cela va ressembler à quelque chose comme cela …♪♪♪…

 

Le son démarre donc de manière très fine. Ce n’est pas …♪♪♪… Tu vois, ce n’est pas quelque chose de brutal comme cela. Ce n’est pas non plus quelque chose …♪♪♪… avec plein d’air qui sort avant. On ne sait pas trop d’où vient le son.

 

C’est quelque chose qui est assez difficile à travailler. C’est un démarrage simultané. Si tu cherches en anglais le démarrage, c’est onset.

C’est comme si en fait tu voulais dire un W, mais qu’on ne l’entende pas.

 

Si je dis …♪♪♪… Je n’ai pas de démarrage brutal. Si j’essaye de masquer ce W …♪♪♪… j’ai un son qui démarre comme cela de manière crescendo. Donc cela, cela peut être très intéressant d’utiliser cette technique en chorale parce que cela va vraiment permettre de démarrer pianissimo, pianissimo ; et tout d’un coup d’avoir un beau crescendo d’ensemble. Encore faut-il gérer ce crescendo au même moment. Mais là, le chef de chœur va te donner des indications avec sa direction pour augmenter le volume du son tous en même temps.

 

On peut aussi démarrer d’une troisième manière, cela va être la manière très nette, très sèche. C’est-à-dire qu’avant il n’y a pas d’air qui sort et le son démarre brutalement. Alors brutalement, pas trop brutalement, on va dire qu’il démarre plutôt de manière très nette et cela va être ceci …♪♪♪…

 

C’est-à-dire que je n’ai pas eu d’air qui est sorti avant. Ce n’était pas …♪♪♪… Ce n’était pas non plus une sorte de crescendo …♪♪♪… Non ! C’est un son qui démarre tout de suite au bon volume et de manière très nette …♪♪♪…

En fait ce qui se passe, c’est qu’avant de chanter, je suis en apnée.

C’est-à-dire que je bloque ma respiration une microseconde, avant de démarrer, et c’est ce qui m’aide à générer ce départ très net, très direct et on va vraiment s’attacher à éviter d’avoir quelque chose de trop brutal comme …♪♪♪… quelque chose comme cela.

 

Ce n’est pas non plus l’ouverture de ma bouche qui provoque cela. Ce n’est pas …♪♪♪… Tu vois, je le fais bouche ouverte …♪♪♪… Simplement avant de démarrer, je me mets en état de micro-apnée. C’est-à-dire que mes cordes vocales vont se fermer tout simplement et cela va me permettre de démarrer de manière très nette.

 

Alors ce que je t’explique là, c’est valable aussi pour terminer ton son.

C’est-à-dire qu’il y a cette manière, on a vu la manière crescendo de démarrer. On va pouvoir l’appliquer à la fin d’un texte de manière décrescendo. C’est-à-dire que si je chante …♪♪♪… je vais gérer la fin de mon son.

 

Donc cela, c’est assez difficile à faire. Ce qu’on peut faire dans une chorale débutante ; alors ce sera un petit peu abrupt au début, mais cela permettra au moins d’avoir des fins très nettes, surtout si on est dans un endroit très réverbérant ; c’est qu’on pourra faire la fin très nette en se mettant en apnée à la fin du trait …♪♪♪…

 

Tu vois. Là, si le chef faisait le signe d’arrêt du son, moi j’y ai correspondu très nettement. Donc, je vais le faire en me donnant l’indication …♪♪♪… Et là, le son c’est coupé très nettement. En fait, j’utilise tout simplement une micro-apnée et je ne me sers pas de ma bouche.

 

Parce que si je me servais de ma bouche pour terminer le son, c’est un défaut qu’on rencontre couramment, mais le son, il va continuer …♪♪♪… On va entendre …♪♪♪… On va entendre une sorte de M et la fin ne sera pas nette.

Donc du coup, si tu es en groupe, si tout le monde fait …♪♪♪… on va avoir une sorte de M qui traîne multipliée par les 100 choristes, cela fait une sorte de traîner à la fin de la phrase qui ne sera pas très jolie à écouter. Plutôt que de faire …♪♪♪… Là, j’ai gardé la bouche ouverte, mais c’est au niveau de mes cordes vocales que je gère la fin du son en utilisant une micro-apnée.

 

J’espère que ces techniques vont t’aider dans ta pratique du chant en chorale. Alors bien sûr, mets en pause la vidéo, retourne en arrière, réutilise les exemples que je t’ai donnés.

Tu peux en parler avec tes amis choristes pour vous entraîner à plusieurs et tu vas voir que cela va vraiment te permettre de nettoyer les départs et les fins de ton morceau.

Si tu veux aller plus loin dans la technique vocale, je te propose qu’on le fasse ensemble en t’envoyant gratuitement pendant 30 jours des cours de chant que j’ai enregistré en vidéo. Donc, je suis là en face de toi avec mon piano. Je te donne toutes les explications, comme on l’a fait là, mais en plus, je pratique les exercices avec toi. Tu n’as qu’à te laisser guider.

Tout cela, c’est gratuit et offert. Tu n’as qu’à laisser ton adresse mail et ton prénom en cliquant juste ici dans la description ou sur le côté. Je te dis à très bientôt. Prends bien soin de ta voix.

Tchao ! 

admin
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: